Les Actualités

Vu dans Linéaires : le jambon de chez nous

« Dans un rayon jambon qui laisse peu de place, historiquement, à de petites marques régionales, certains opérateurs y ont trouvé un bon moyen de se différencier. Ils commercialisent un jambon issu de porc né, élevé, abattu et transformé sur place. En 2016, en pleine crise de la filière porcine, la coopérative bretonne Le Gouessant a lancé, au rayon LS, un jambon 100% breton sous sa signature transversale Terres de Breizh. En Picardie, le charcutier Domaine Picard défend, depuis déjà six ans, au frais emballé et à la coupe, son jambon picard baptisé "Le jambon de chez nous".

Si la marque Terres de Breizh est déjà présente en magasins, depuis 2012, sur les pommes de terre (cœur de métier de la coopérative) et les œufs, l'arrivée au rayon charcuterie a été particulièrement bien accueillie par les enseignes. "Nous sommes montés en diffusion beaucoup plus rapidement que sur nos autres familles de produits, se réjouit Amandine Mollé, chef de produit Terres de Breizh. Nous avons apporté une solution, en pleine période de flou autour de l'origine France". Mais la concurrence sur le jambon oblige la coopérative, un an après le lancement, à revoir sa copie. Alors qu'elle avait pris le

parti de proposer des tranches de 50 g pour se différencier par la texture, la marque revient à un format plus conventionnel de 40 g. "Le prix facial avait du mal à passer auprès des consommateurs malgré un prix au kilo compétitif", déplore Amandine Mollé. Pour se mettre en conformité avec les codes du marché, la marque modifie également l'orientation de ses packagings : du format portrait au format paysage. Pour le moment, le revenu généré par la marque reste minime. Seule une vingtaine d'éleveurs approvisionnent les jambons et lardons qui composent la gamme de

charcuterie. Mais la coopérative compte bien exploiter davantage sa marque 100% bretonne. "Notre objectif est de pérenniser et transmettre le savoir-faire de nos éleveurs, en redorant leur image auprès des consommateurs. Nous allons donc poursuivre le développement de notre offre charcuterie pour avoir plus d'impact dans ce rayon", assure Amandine Mollé. »

Linéaires Mai 2017

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Le Gouessant, Coopérative par Nature, au service de ses adhérents

En 2018, le groupe coopératif Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 538 millions € et dégagé un résultat net de 11,3 millions €, avec 4 000 adhérents et 750 salariés

Lire l’article
Article

Le Gouessant accompagne l’essor de la Bio en Bretagne

La dynamique de conversion à l’agriculture biologique se poursuit à rythme soutenu en Bretagne. Le nombre de fermes bio a été multiplié par 3 en 10 ans dans la région et représente aujourd’hui 11,5% des exploitations bretonnes. Le Groupe coopératif Le Gouessant (Lamballe, Côtes d’Armor) accompagne cet essor au travers de sa filiale UFAB, n°1 […]

Lire l’article
Article

Compétences et performance, un engagement de progrès partagé

Le Gouessant renforce son accompagnement auprès des collaborateurs et met en place un dispositif de formation spécifique.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :