Les Actualités

Un troupeau nourri sans OGM*

« Nous avons banni le soja de l’alimentation de nos 85 vaches laitières pour nous orienter vers des aliments à la carte non OGM, homologués Bleu Blanc Cœur. Cela nous a ouvert énormément de portes pour notre activité de transformation et de vente directe » assurent Estelle et Pierre-Yves Lemée, producteurs laitiers à Plouër-sur-Rance.

Lait frais, lait ribot, beurre, crème, fromage blanc… Tous les matins, les camionnettes réfrigérées de la Ferme de la Renaudais sillonnent les routes bretonnes pour livrer, en laisser sur place, les professionnels et les collectivités. « Nous avons une clientèle diversifiée : boulangers, restaurateurs, épiceries, industries agroalimentaires, cantines scolaires, foyers logements, grandes surfaces de proximité…. Tous nos clients sont attentifs aux services et aux gages de qualité que nous pouvons leur apporter » expliquent Estelle et Pierre-Yves. Dans cette optique, le couple a décidé, il y a 5 ans, de supprimer définitivement le soja de l’alimentation du troupeau pour produire du lait garanti sans OGM.

Des aliments à la carte

« Nous avons sollicité Le Gouessant, partenaire historique de l’exploitation, pour savoir si la Coopérative pouvait nous assurer la formulation et la livraison d’aliments à la carte, non OGM, et homologués Bleu Blanc Cœur. Cela n’a posé aucun problème. » Deux correcteurs azotés et un aliment de production de la gamme Cartalim ont été spécialement conçus pour le GAEC de la Touche du Tertre. « Ce sont des aliments à la carte contenant des tourteaux de colza, de tournesol, de la graine de lin extrudée, de la féverole, de la pulpe de betterave et des acides aminés rumino-protégés pour une meilleure valorisation alimentaire » précise Pierre-Yves qui, au départ, appréhendait que le changement d’alimentation n’entraîne une baisse de la productivité. « Il n’en a rien été ! La production moyenne s’est maintenue à 32 litres/jour/vache à 41 de taux butyreux et 31 de taux protéique, ce qui nous a permis de poursuivre sereinement nos fabrications. » 

Une démarche cohérente

Les éleveurs savent qu’ils peuvent compter sur Maxime Ogier, technicien ruminants chez Le Gouessant pour les accompagner dans l’amélioration des performances de leur atelier laitier. « Nous échangeons une fois par mois et plus si nécessaire. Nous apprécions ses conseils et sa réactivité. » Bien évidemment produire du lait sans OGM et en filière tracée BBC occasionne un surcoût qui se chiffre à 50 euros/tonne d’aliments soit 10 €/1000 l. Pour autant, les exploitants estiment
« que le jeu en vaut la chandelle en termes de réassurance et de fidélisation de la clientèle. »

Avec une moyenne d’étable qui s’affiche à 9 100 litres/vache/an (source comptable), le coût de concentré reste maîtrisé à 71,9 €/1 000 litres. Et Estelle et Pierre-Yves de conclure : « l’important c’est que nous restons tout à fait cohérents avec notre projet d’entreprise, à savoir une exploitation performante et durable qui valorise, en circuit court, un lait et des produits laitiers de qualité. »
 

Le GAEC en bref...

Les associés : Estelle et Pierre-Yves Lemée.

L’équipe : 4 salariés entre production, laboratoire de transformation, livraisons.

Le troupeau : 85 vaches prim’Holstein et la suite.

La ration : 15 kg de matière sèche maïs ensilage, 1,7 kg sec d’enrubannage de luzerne, 2,2 kg de Cartalim renaudais néo
Farine, 300 g de minéral magistral semoulette, 200 g de magistab, 500 g de paille de colza broyée, 30 g de sel. Complémentation individuelle au robot.

Les équipements : une stabulation en logettes paillées avec racleur ; deux robots de traite ; un laboratoire de transformation du lait ; un stockage réfrigéré.

Les productions végétales : 68 hectares dont 48 ha de maïs ensilage, 4 ha de luzerne, 16 hectares de prairies.

 

* < à 0,9 %

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Juliette Marque, son audace !

Rencontre avec Juliette qui a intégré les équipés de Newborn Animal Care en VIE (Volontariat International en Entreprise) avec pour mission de développer le marché asiatique.

Lire l’article
Article

Des insectes bientôt au menu

Le Gouessant Aquaculture expérimente l’introduction de farines d’insectes dans les aliments pour truites. Les explications de Louis Lesur, ingénieur recherche, développement et formulation sur l’intérêt de cette surprenante matière première. 1 2 Dans quel cadre s’inscrivent vos recherches ? Louis Lesur : « Il y a encore quelques années de cela, les farines de poissons constituaient la […]

Lire l’article
Article

Qualité de vie au travail : les chemins de l’action

Une soixantaine de collaborateurs s’implique dans la démarche participative de réflexion et d’actions mise en place par Le Gouessant autour de l’amélioration des conditions de vie au travail.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :