Les Actualités

Terres de Breizh élargit sa gamme de charcuterie 100% bretonne

La Coopérative Le Gouessant élargit sa gamme de charcuterie avec des lardons et des allumettes garantis 100 % bretons commercialisés sous sa marque « TERRES de BREIZH ». Produits exclusivement à partir de porcs nés, élevés, abattus et transformés en Bretagne, les lardons et allumettes « TERRES de BREIZH » se positionnent dans l’univers des aides culinaires au rayon libre-service.

En s’affichant comme « Les bons lardons bretons » et « Les bonnes allumettes bretonnes », les aides culinaires « TERRES de BREIZH » entendent d’emblée afficher une qualité de viande, une origine et une traçabilité exemplaires mais aussi des qualités organoleptiques de haut niveau. Les lardons et allumettes « TERRES de BREIZH » sont en effet issus des élevages du réseau des FERMES des 4 SOLEILS, un ensemble d’exploitations agricoles de référence, qui garantissent une alimentation saine et équilibrée pour leurs animaux, ainsi que le respect des normes environnementales et du bien-être animal.

Ces aides culinaires qui se déclinent en deux délicieuses recettes : nature et fumées au grammage de 2 x 100 g en barquette sécable pour plus de praticité.

Une gamme de 4 références à découvrir dès le 2 décembre en magasin :

  • Les bons lardons bretons Nature 2 x 100 g
  • Les bons lardons bretons Fumés 2 x 100 g
  • Les bonnes allumettes bretonnes Nature 2 x 100 g
  • Les bonnes allumettes bretonnes Fumées 2 x 100 g
Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Journée Mondiale de l’œuf : on vous dit tout !

Le 12 octobre 2012 est la Journée mondiale de l’œuf ; l’occasion d’en apprendre plus sur cette source excellente et abordable de protéine.

Lire l’article
Article

Découvrez l’épisode 3 de la web-série Fermes 4 soleils 

Rencontre avec Cyril et Fabrice, éleveurs de vaches laitières, en Bretagne.

Lire l’article
Article

Une collecte 2018 rapide et qualitative, des rendements en baisse

En 2018, le Groupe Le Gouessant a engrangé 130 000 tonnes de céréales à paille et oléoprotéagineux, soit 20 % de moins qu’en 2017.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :