Les Actualités

Ruminant : Stabitan’ valorise l’affouragement en vert

« Nous souhaitons gagner en autonomie alimentaire en achetant moins de correcteur azoté et en diversifiant les fourrages à l’auge » témoignent les associés du GAEC du Haut Thieubry à Plouasne (22). Pour atteindre cet objectif, ils ont introduit Stabitan’, un nutritionnel développé par Le Gouessant, dans la ration estivale du troupeau affouragé en vert toute l’année.

Hébergées en stabulation dans des logettes paillées, les 100 vaches du GAEC du Haut Thieubry reçoivent, chaque jour, leurs repas sur un plateau. « En 2011, nous nous sommes équipés d’une autochargeuse afin d’apporter du vert et pas uniquement de la conserve » précise Nicolas Guéguen, l’un des trois associés. La ration du troupeau se compose d’ensilage de maïs, d’herbe ou de luzerne affourragée, de maïs grain broyé, de correcteur azoté (Star Premio Top), de minéral (Magistral semoulette), avec ajout de Magistab l’hiver et de Stabitan’ l’été.

Valoriser la protéine de l’herbe

« Début mars, nous commençons l’affouragement en vert avec un mélange de ray grass anglais et de trèfle blanc. Nous avons démarré Stabitan’ à ce moment-là, à raison de 250 grammes par vache et par jour. Ce nutritionnel nous intéressait car il permet de mieux valoriser la protéine de l’herbe, d’améliorer les taux et la santé des animaux en évitant l’effet yoyo sur la production laitière. »

À l’usage, les associés ont constaté que la production s’est maintenue à 28 kg de lait par vache et par jour, avec des taux satisfaisants. « Les bouses sont plus consistantes et ne dégagent pas d’odeur d’ammoniac, ce qui montre qu’il n’y a pas de gaspillage d’azote. J’ai également constaté moins de retours en chaleur. Nous sommes à 1,9 dose par vache fécondée sur la période printemps/été » assure Nicolas.

Soutenir les performances

Les éleveurs ont pourtant eu la tentation, au début de mois de juillet 2016, de suspendre l’utilisation de Stabitan’. « Mais, nous alors avons constaté que le taux d’urée dans le lait grimpait dangereusement au-dessus de 400, au lieu des 200 à 250 habituels. Les taux avaient perdu 2 points sur un mois. Le taux butyreux a reculé de 40 à 38, et le taux protéique de 32,5 à 30,3. Il était hors de question de laisser les performances se dégrader. Nous avons remis du Stabitan’ illico et, dès le mois d’août, la situation est revenue à la normale. »

Les associés ont tiré la leçon de cette expérience. Ce printemps et cet été encore, ils mettront Stabitan’ au menu du troupeau. 

L’avis du technicien

« Le recours au Stabitan’ est recommandé pour des rations comportant entre un tiers et deux tiers d’herbe. Ce nutritionnel est formulé à base de Novatan qui permet de tanner la protéine et donc de valoriser l’azote soluble de l’herbe. Il contient également du bicarbonate pour stabiliser le ph du rumen, de la magnésie qui aide à prévenir la tétanie d’herbage, des oligoéléments pour pallier les carences de l’herbe et conforter la santé des animaux. Son coût avoisine les 17 centimes d’euro/vache/jour, mais son utilisation permet d’économiser, à quantité de lait produite identique, 500 grammes de correcteur azoté. »

Maxime OgierMaxime Ogier

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Juliette Marque, son audace !

Rencontre avec Juliette qui a intégré les équipés de Newborn Animal Care en VIE (Volontariat International en Entreprise) avec pour mission de développer le marché asiatique.

Lire l’article
Article

Des insectes bientôt au menu

Le Gouessant Aquaculture expérimente l’introduction de farines d’insectes dans les aliments pour truites. Les explications de Louis Lesur, ingénieur recherche, développement et formulation sur l’intérêt de cette surprenante matière première. 1 2 Dans quel cadre s’inscrivent vos recherches ? Louis Lesur : « Il y a encore quelques années de cela, les farines de poissons constituaient la […]

Lire l’article
Article

Qualité de vie au travail : les chemins de l’action

Une soixantaine de collaborateurs s’implique dans la démarche participative de réflexion et d’actions mise en place par Le Gouessant autour de l’amélioration des conditions de vie au travail.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :