Les Actualités

Nutritionnel : un Pack moindre médication

Dans le cadre de l’alimentation du porcelet, le service Porcs de Le Gouessant propose aux éleveurs « un pack moindre médication » pour limiter au maximum l’usage des antibiotiques.

Contexte :

Depuis quelques années, de nombreux éléments sur la moindre médication ont amené Le Gouessant et sa filiale Agrifa à revoir la manière d’alimenter les porcelets, plus particulièrement sur la phase premier âge qui est une phase particulièrement à risque. Tout d’abord des attentes sociétales fortes sur le sujet en vue de réduire l’usage d'antibiotiques

en élevage. Pas seulement des consommateurs mais aussi des éleveurs eux-mêmes qui souhaitent aujourd’hui utiliser le moins possible d’antibiotiques sur leurs élevages. De plus, les éleveurs ont pour objectif de réduire au maximum les dépenses de santé pour optimiser le coût de production. Enfin, la législation sur les aliments médicamenteux se durcit de plus en plus.

Le Gouessant et Agrifa ont anticipé cette tendance et proposent aux éleveurs de porcs un « pack moindre médication » comme alternative pour un sevrage non médicamenteux. L’objectif final est d’obtenir de meilleures performances technico-économiques en passant sur un aliment blanc. Ce pack repose sur 3 composants qui ensemble travaillent en synergie.

TÉMOIGNAGE chez Sébastien Le Bihan, éleveur naisseur-engraisseur de 160 truies à Saint-Hernin (29)

Sébastien, peux-tu nous expliquer comment tu alimentais historiquement tes porcelets sur la phase premier âge ?

« Dans le passé, j’avais recours à de l’aliment médicamenteux au sevrage. Certes les supplémentations permettaient de régler en partie les problèmes, plus particulièrement de diarrhées 5 jours après le sevrage mais je n’étais pas entièrement satisfait. En effet, le fait de supplémenter par l’aliment m’obligeait à traiter sur toute la phase de distribution du premier âge. Déjà la supplémentation a un coût souvent sous-estimé et en plus la flore intestinale est affectée ce qui bride les performances de croissance. »

Qu’est-ce qui t’as séduit avec le pack moindre médication ?

« On reprend les basiques de l’alimentation. D’abord, le porcelet respire, puis il boit, ensuite, il va manger ! C’est-à-dire qu’il est beaucoup plus efficace de traiter un cochon malade par l’eau de boisson que par l’aliment. Aujourd’hui, je fais des économies de traitement en outre, ce dernier est plus efficace qu’auparavant. « De plus, je constate que d’année en année, la législation se durcit et on réduit la liste des antibiotiques pouvant être utilisés en élevage de porcs. Je souhaitais vraiment alimenter mes porcelets via un aliment blanc. Cependant, avec un aliment blanc seul, c’est très compliqué car le sanitaire varie au cours du temps. Sur une bande, ça peut passer et sur une autre déraper. L’association d’un aliment blanc spécifique et l’ajout d’acide dans l’eau (selKo pH) à côté, me permet aujourd’hui de travailler en aliment blanc sereinement . » Les aliments premier âge actuels intègrent des ingrédients spécifiques de manière à pouvoir alimenter les porcelets en blanc. Par exemple par l’ajout de l’HizoX (oxyde de zinc nouvelle génération) ou encore les Xos (pré-biotiques).

Quels sont les résultats en post-sevrage chez toi ?

« Aujourd’hui, j’arrive à alimenter mes porcelets en blanc sans dérapages digestifs. Je constate que les fèces sont beaucoup moins liquides qu’auparavant. le porcelet valorise très bien l’aliment blanc et ça se traduit par de bonnes croissances. Je constate aussi que le fait d’acidifier l’eau de boisson entraîne une plus grande consommation en eau des porcelets. Cela se traduit par moins de porcelets anorexiques et de meilleures croissances car qui dit plus d’eau, dit aussi plus d’aliment consommé ». « J’étais aussi confronté à des problèmes de streptocoque. Depuis que j’ai mis en place ce programme, c’est beaucoup plus rare. »

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Le Gouessant, Coopérative par Nature, au service de ses adhérents

En 2018, le groupe coopératif Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 538 millions € et dégagé un résultat net de 11,3 millions €, avec 4 000 adhérents et 750 salariés

Lire l’article
Article

Le Gouessant accompagne l’essor de la Bio en Bretagne

La dynamique de conversion à l’agriculture biologique se poursuit à rythme soutenu en Bretagne. Le nombre de fermes bio a été multiplié par 3 en 10 ans dans la région et représente aujourd’hui 11,5% des exploitations bretonnes. Le Groupe coopératif Le Gouessant (Lamballe, Côtes d’Armor) accompagne cet essor au travers de sa filiale UFAB, n°1 […]

Lire l’article
Article

Compétences et performance, un engagement de progrès partagé

Le Gouessant renforce son accompagnement auprès des collaborateurs et met en place un dispositif de formation spécifique.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :