Les Actualités

Le PSP: une innovation du Gouessant

Le PSP est un programme d’alimentation en soupe des porcs charcutiers prenant en compte leur spécificité génétique afin de maximiser leurs performances technico-économiques.

Selon le type génétique, les porcs présentent des différences de précocité de croissance. Les objectifs des éleveurs varient suivant la conduite d’élevage, le nombre de places disponibles,le matériel… Il en résulte des recommandatiPSPLeGouessant3-1 (1)ons alimentaires différenciées pour exprimer le potentiel optimal des animaux : choix d’aliments, courbe d’alimentation, nombre de repas et taux de dilution spécifiques en croissance et en finition.

La prise en compte de ces éléments a donné naissance au PSP (Programme Soupe Personnalisé). Le PSP, testé dans 12 élevages, a permis de faire évoluer favorablement les résultats technico-économiques dans ces élevages : gain de 0,17 en IC Technique (30-115), de 29 g/jour en GMQ (30-115) et de 0,2 en TMP. Soit un gain économique de plus de 22000 €/an pour un élevage naisseur-engraisseur de 200 truies à conjoncture équivalente.

En parallèle, l’amélioration de l’indice de consommation a réduit les rejets azotés dans l’environnement.
L’éleveur alimentant ses porcs charcutiers en soupe peut choisir le programme alimentaire PSP le plus approprié à ses objectifs, à sa génétique, à son matériel, à sa conduite… et ainsi, améliorer les performances technico-économiques de son atelier.

N’hésitez pas à en parler à votre technicien.

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Journée Mondiale de l’œuf : on vous dit tout !

Le 12 octobre 2012 est la Journée mondiale de l’œuf ; l’occasion d’en apprendre plus sur cette source excellente et abordable de protéine.

Lire l’article
Article

Découvrez l’épisode 3 de la web-série Fermes 4 soleils 

Rencontre avec Cyril et Fabrice, éleveurs de vaches laitières, en Bretagne.

Lire l’article
Article

Une collecte 2018 rapide et qualitative, des rendements en baisse

En 2018, le Groupe Le Gouessant a engrangé 130 000 tonnes de céréales à paille et oléoprotéagineux, soit 20 % de moins qu’en 2017.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :