Les Actualités

Le PSP: une innovation du Gouessant

Le PSP est un programme d’alimentation en soupe des porcs charcutiers prenant en compte leur spécificité génétique afin de maximiser leurs performances technico-économiques.

Selon le type génétique, les porcs présentent des différences de précocité de croissance. Les objectifs des éleveurs varient suivant la conduite d’élevage, le nombre de places disponibles,le matériel… Il en résulte des recommandatiPSPLeGouessant3-1 (1)ons alimentaires différenciées pour exprimer le potentiel optimal des animaux : choix d’aliments, courbe d’alimentation, nombre de repas et taux de dilution spécifiques en croissance et en finition.

La prise en compte de ces éléments a donné naissance au PSP (Programme Soupe Personnalisé). Le PSP, testé dans 12 élevages, a permis de faire évoluer favorablement les résultats technico-économiques dans ces élevages : gain de 0,17 en IC Technique (30-115), de 29 g/jour en GMQ (30-115) et de 0,2 en TMP. Soit un gain économique de plus de 22000 €/an pour un élevage naisseur-engraisseur de 200 truies à conjoncture équivalente.

En parallèle, l’amélioration de l’indice de consommation a réduit les rejets azotés dans l’environnement.
L’éleveur alimentant ses porcs charcutiers en soupe peut choisir le programme alimentaire PSP le plus approprié à ses objectifs, à sa génétique, à son matériel, à sa conduite… et ainsi, améliorer les performances technico-économiques de son atelier.

N’hésitez pas à en parler à votre technicien.

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Découvrez l’épisode 1 de la web-série Fermes 4 soleils 

Rencontre avec Frédéric, éleveur de poules pondeuses plein air, en Bretagne.

Lire l’article
Article

Thomas Couëpel, nouveau président

Thomas Couëpel vient d’être élu à la présidence de la Coopérative Le Gouessant. Il succède à Patrick Fairier qui passe le relais après 23 ans de mandat.

Lire l’article
Article

Découvrez la nouvelle web-série Fermes 4 soleils

Nos éleveurs prennent la parole pour donner à voir la réalité de leur métier.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :