Les Dossiers

L’innovation en action

Le « produire local mieux et avec moins » reste au cœur des axes de recherche du Groupe Le Gouessant. Nutrition, santé, bien-être, environnement... Nos équipes innovent pour soutenir la compétitivité des exploitations, tout en répondant aux attentes sociétales.

Porcs : nutrition de précision et démédication

Saviez-vous qu’avant de commercialiser ses nouvelles recettes et menus pour porcs et porcelets, Le Gouessant les teste dans 3 élevages de référence ? Les essais portent sur les aliments 1er et 2e âge, programmes, nouveaux additifs, nouvelles matières premières… Ainsi, la dernière innovation produit, Gully Crème, complément alimentaire favorisant le démarrage des porcelets, a été testée et approuvée avant sa mise en marché. Actuellement, la R&D Le Gouessant, l'activité porcs et l’usine de Saint-Aaron conçoivent déjà une évolution de Gully Crème. Le produit devrait également se présenter sous la forme d’un aliment liquide.

La nutrition de précision et la démédication restent les deux thèmes principaux de recherche en porcs. Le Gouessant investit, dans ces deux domaines, des moyens humains et financiers. À Plestan, l’élevage connecté de la maison neuve est équipé de 3 stations DAC (distributeur automatique de concentré). Elles permettent d’identifier les porcs à l’engraissement et de les nourrir individuellement, en fonction de leur stade physiologique et de leur profil de croissance. l’évolution des indices de consommation et des croissances est suivie, 24 heures sur 24, grâce aux données recueillies en instantané. À moyen terme, l’alimentation de précision pourrait permettre d’abaisser le coût alimentaire d’environ 10 %, de réduire d’un quart la part de protéines incorporées dans les formules, et de diminuer les rejets azotés de 40 %.

Ruminants : des rations connectées

Le Gouessant sera la première entreprise de nutrition animale du grand ouest à mettre en service la nouvelle version du logiciel de rationnement Cartalim 3. Dès le printemps, tous les techniciens seront équipés de cette solution connectée.
Elle permettra la récupération automatique :

  • des informations sur le troupeau et des résultats de l’outil de pilotage easy map ;
  • des données d’analyses de fourrages réalisées au sein du laboratoire Le Gouessant ;
  • des valeurs nutritionnelles des aliments ;
  • des mises à jour de formules et de tarifs…

Ce logiciel, mis au point par Techna, devrait permettre d’améliorer la précision du rationnement ainsi que l’expression et le suivi des performances, avec, toujours plus de rapidité et de fluidité dans les échanges entre l’éleveur et son conseiller.

L’intestin : le deuxième cerveau

Le Gouessant conduit actuellement une étude sur la santé intestinale des porcs, volailles et ruminants. Elle vise à mieux comprendre le fonctionnement du microbiote intestinal et ses interactions sur l’état de santé des animaux. Cette voie d’investigation fait l’objet de recherches fondamentales en médecine humaine comme par exemple, les travaux de Timspector, professeur d’épidémiologie génétique au King’s College de Londres. De récentes études scientifiques montrent que le microbiote intestinal, en plus de ses fonctions digestives et immunitaires, joue un rôle dans la communication entre l’intestin et le cerveau. Ceci, en sécrétant et libérant certaines molécules transportées par voie sanguine et nerveuse. Les chercheurs se penchent sur les liens possibles entre un déséquilibre du microbiote intestinal et des troubles psychiques (stress, anxiété, dépression), voire des maladies neurodégénératives (parkinson, alzheimer...).
Dans un futur proche, la connaissance du microbiote doit permettre de développer des solutions de prévention, chez l'homme et chez l’animal, ayant un effet modérateur sur le comportement et un bénéfice global sur la santé.

Autre sujet d’étude transversal : le bien-être animal. Le Gouessant réfléchit à l’évolution des bâtiments pour permettre aux animaux d’avoir accès à la lumière naturelle et à l’air extérieur. La création de jardins d’hiver dans les élevages avicoles illustre parfaitement cette thématique.

 

Bio : concentration maximum

L'UFAB avance sur un thème de recherche jusque-là inexploré en agriculture biologique : la concentration protéique. L’atelier, installé au sein de l’usine de Craon en Mayenne, permet de séparer l’amidon, les fibres et les protéines des graines de pois et de féverole afin d’obtenir un concentré de protéine de pois à 55 % et de féverole à 65 %. Ce process diminue la dépendance de la filière bio aux protéines d’importation (soja), valorise des matières premières locales et ouvre de nouveaux marchés.

Big data : consolider pour mieux piloter

Les exploitations regorgent d’une masse de données peu ou pas exploitées : génétique, alimentation, conduite d’élevage, contrôle des performances, prophylaxie… Le Gouessant entreprend de les consolider et de les modéliser. L’exploitation de ces statistiques permet de construire des indicateurs de pilotage et des tableaux de bord pour soutenir la rentabilité des exploitations, en fonction de leurs contraintes et atouts individuels. C’est l’objet des Contrats de progrès.

Voilà comment, de ces façons et d’autres, Le Gouessant met l’innovation en action !

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Conversion : ils transforment leur bâtiment pondeuses standards

Après avoir mûrement réfléchi leur projet de transformation de l’atelier pondeuses cages, Isabelle et Yann Bourgès ont ouvert les portes de leur bâtiment rénové en poules biologiques.

Lire l’article
Article

Terres de Breizh se fait une place dans le bio

TERRES de BREIZH pénètre le marché Bio de la grande distribution et des réseaux spécialisés avec sa barquette de pommes de terre bretonnes Bio.

Lire l’article
Article

Des méthodes d’élevage alternatives pour réduire les antibiotiques

En supprimant le recours systématique aux antibiotiques, les éleveurs contribuent à améliorer la santé de chacun et à préserver les générations futures de l’antibiotique.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :