Les Dossiers

Convention annuelle des salariés

C’est une première ! Le directeur général, Jean-Charles Oisel et son successeur, Rémi Cristoforetti, ont coanimé la Convention annuelle des salariés, le 31 mars à la salle Hermione (Saint-Brieuc). Les deux dirigeants sont sur la même longueur d’onde : faire de Le Gouessant une entreprise branchée sur le futur.

Une nouvelle impulsion

« Pour moi, réaliser cette convention avec mon successeur était primordial. Je me suis toujours senti redevable envers vous d’assurer la transition de la direction dans les meilleures conditions. »

Pour ce faire, il entend donner « une nouvelle impulsion au projet d’entreprise LES FERMES des 4 SOLEILS et un nouvel élan à la marque TERRES de BREIZH » avant de passer le relais, en juin prochain, à Rémi Cristoforetti.

Selon les deux dirigeants : « il y a urgence à construire notre 3e axe stratégique : la maîtrise d’œuvre de la performance adhérents et à prendre en compte la révolution numérique ».

Surfer sur la révolution numérique

« TERRES de BREIZH doit passer d’une marque de coopérative à une marque coopérative afin de coller au mieux aux attentes des consomm’acteurs » résume Jean-Charles Oisel.

Le Gouessant souhaite faire participer les clients à l’ambition coopérative et à l’élaboration des produits en créant une communauté TERRES de BREIZH active sur les réseaux sociaux.

« Le Gouessant doit devenir l’entreprise branchée ! Branchée parce que nous devons être une entreprise connectée avec les producteurs et les consommateurs. Branchée parce que jeune et performante pour donner à tous l’envie de nous rejoindre. C’est le projet que nous vous proposons de réécrire ensemble pour projeter Le Gouessant dans le futur. » 

Rémi Cristoforetti : « Écrivons un projet collaboratif qui ait du sens »

Rémi Cristoforetti, directeur général adjoint, sera le chef d’orchestre du nouveau projet d’entreprise. Il a expliqué aux équipes comment il entendait le mettre en musique avec le soutien de tous.

 « Dans un monde en mutation, nous devons développer une organisation efficiente et un projet résilient, en tenant compte de la transformation numérique de nos métiers et du développement durable » résume le futur directeur. « Pour coécrire et coconstruire une vision stratégique à 10 ans qui ait des principes et du sens, je compte sur l’implication de tous. »

Des tendances clés

Une quarantaine d’adhérents ont d’ores et déjà été sondés, en 2016, pour mieux cerner leurs attentes vis-à-vis de la Coopérative. Depuis le début de l’année, 13 groupes de travail impliquant plus de 80 salariés ont également été constitués.

À vos « iDay » !

Au-delà, Rémi Cristoforetti a convié tous les salariés de la Coopérative et de ses filiales à participer, le 27 avril, à une journée de l’innovation baptisée « iDay ».

En attendant la restitution des résultats, le directeur général adjoint a engagé chacun « à rechercher l’excellence au quotidien, en ayant en permanence à l’esprit la sécurité, l’amélioration continue et le développement durable. Le succès repose sur l’engagement de tous, dans le respect de notre histoire et de nos valeurs. »

Une révolution en marche

Selon Éric Schlusselhuber, responsable du pôle stratégique du Groupe Triangle et spécialiste des études sur le comportement des agriculteurs : « la 4e révolution de l’Humanité, celle des NBIC*, est en marche. Les changements vont être plus importants et plus rapides que ce que l’on peut imaginer. Sur les ruines de l’ancienne économie, de nouveaux emplois et de nouveaux métiers vont émerger.  L’agriculture est au cœur de ces transformations profondes. Il convient, pour Le Gouessant, de les capter pour rendre ses adhérents plus résilients aux aléas du marché, avec des conseils des solutions et des services toujours plus pointus et personnalisés. »

*  NBIC : Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique, Sciences cognitives.

Finances : le compte est bon !

« Malgré la baisse d’activité dans notre cœur de métier, la santé financière du Groupe Le Gouessant n’a jamais été aussi bonne » s’est réjouie Rosemary Lichou, directeur administratif et financier, en commentant les résultats de la Coopérative et de ses filiales.

« Même si nous devons redoubler d’efforts pour maintenir voire accroître nos résultats, notre structure financière actuelle nous donne les moyens pour investir, innover et ainsi asseoir notre stratégie porteuse de valeurs ajoutées pour l’avenir » a assuré Rosemary Lichou devant l’assemblée des salariés, ravie de constater que leur entreprise se portait bien.

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Le 29 juin à Bréhand : vente de génisses d’élite

Ils sont passionnés d’élevage et entreprenants. Trois étudiants organisent, le 29 juin prochain, une vente prestigieuse de génétique bovine dans l’exploitation familiale de l’un d’entre eux.

Lire l’article
Article

Vu dans Linéaires : le jambon de chez nous

Ils ont trouvé un bon moyen de se différencier dans un rayon jambon qui laisse peu de place…

Lire l’article
Article

Les journées qui rendent la route plus sûre

Chaque jour, nos collaborateurs donnent le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont notre première richesse. Mais cette quête de performance ne doit pas les conduire à prendre des risques au volant.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :