Le traitement et la valorisation des déchets

La production de déchets inhérente à nos activités, et à celles de nos producteurs,  ainsi que leur valorisation sont pour nous des questions importantes auxquelles nous efforçons d’apporter des réponses concrètes.

Au sein de l’entreprise Le Gouessant, une des premières mesures a été de mettre en place le tri sélectif des emballages et leur envoi dans les filières de recyclage. Près de 100 tonnes étaient collectées en 2012.

Dans les usines, l’amélioration des process a permis de diminuer les rebus et d’éviter ainsi la mise en décharge. Au niveau des exploitations agricoles, Le Gouessant organise des opérations de collecte des déchets agricoles (emballages phytosanitaires, des plastiques, emballages d’engrais) et des produits phytosanitaires non utilisables (PPNU) récupérés ensuite par Adivalor ; 175 tonnes étaient collectées lors de la campagne 2012/2013 soit plus de 35%. Par rapport à la campagne précédente.

valorisation-mpLe Gouessant participe à la valorisation des co-produits des industries agro-alimentaires (issues, drèches, tourteaux, produits de panification et de pâtisserie…) en les incorporant dans certaines de ses fabrications. Ils représentent en moyenne 30 % du volume global des matières premières.

La volonté du Groupe de préserver l’environnement sans sacrifier la productivité agricole, garante de l’avenir économique de toute une région, l’a conduit également à développer une filière de traitement et de valorisation des déjections animales.

Pour en savoir +
Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Découvrez l’épisode 1 de la web-série Fermes 4 soleils 

Rencontre avec Frédéric, éleveur de poules pondeuses plein air, en Bretagne.

Lire l’article
Article

Thomas Couëpel, nouveau président

Thomas Couëpel vient d’être élu à la présidence de la Coopérative Le Gouessant. Il succède à Patrick Fairier qui passe le relais après 23 ans de mandat.

Lire l’article
Article

Découvrez la nouvelle web-série Fermes 4 soleils

Nos éleveurs prennent la parole pour donner à voir la réalité de leur métier.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :