Les Actualités

Éleveur de porcs, il communique son métier avec passion

Adrien Montefusco s’est installé en 2005 sur un élevage de 140 truies en multiplication à Saint-Yvi (29) après avoir travaillé en tant que salarié pendant 5 ans. Son parcours lui a permis de faire connaissance avec Cochon de Bretagne qui l’a formé à la communication et aux présentations d’élevage. Sa fibre pour la communication était lancée…  

Un parcours de communicant

Un mois après son installation, Adrien organise sa première porte ouverte. Il y accueille sa famille et ses amis. Depuis, Adrien ne cesse de multiplier les portes ouvertes à l’élevage, au minimum une par an ainsi que des animations en magasins. Il devient même le référent « éleveur » Cochon de Bretagne pour l’enseigne e. Leclerc de Concarneau (29). En 2013, il crée sa propre marque de produits issus de son élevage « élevage de Kereonnec ». C’est tout naturellement qu’en 2015, il rejoint le réseau Fermes 4 soleils de la Coopérative Le Gouessant.  Il y retrouve ses idées d’ouverture aux autres, de communication et de partage.

Aujourd’hui, Adrien est toujours aussi motivé. Il continue les animations magasins pour Cochon de Bretagne et la marque coopérative Terres de Breizh. Il a également organisé son premier « apéro pique-nique Fest-noz  party » à l’élevage l’été dernier, réunissant plus de 100 personnes. Pour 2018, il remet ça et y ajoutera le challenge du meilleur cuisinier du « pâté de Kereonnec », en gardant bien sûr la même convivialité !

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Journée Mondiale de l’œuf : on vous dit tout !

Le 12 octobre 2012 est la Journée mondiale de l’œuf ; l’occasion d’en apprendre plus sur cette source excellente et abordable de protéine.

Lire l’article
Article

Découvrez l’épisode 3 de la web-série Fermes 4 soleils 

Rencontre avec Cyril et Fabrice, éleveurs de vaches laitières, en Bretagne.

Lire l’article
Article

Une collecte 2018 rapide et qualitative, des rendements en baisse

En 2018, le Groupe Le Gouessant a engrangé 130 000 tonnes de céréales à paille et oléoprotéagineux, soit 20 % de moins qu’en 2017.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :