Les Actualités

Du sillon à l’alimentation : un cercle vertueux pour gagner plus

Que vous fabriquiez partiellement ou intégralement vos aliments à la ferme, il y a de l’argent à gagner en maîtrisant les étapes de la production des céréales à l’alimentation du porc. Suivez le guide !

Plus de 3,50 €/porc : c’est le gain moyen potentiel associé à la valorisation de vos matières premières du champ à l’auge. Chaque étape compte pour optimiser votre marge et comprimer vos coûts de production. Voilà pourquoi les équipes porcs du Gouessant et d’Agrifa ont imaginé un « cercle vertueux » en 6 étapes au sein duquel chacun pourra se positionner afin d’identifier ses axes de progrès.

Étape 1 : Culture

Tout commence dans les champs avec la production de céréales de qualité. En culture de blé, le pilotage des apports azotés à l’aide d’outils comme le N-Tester et le drone, permet de gagner en moyenne 1,25 €/porc en faisant progresser le rendement protéique à l’hectare. En maïs grain humide, la priorité demeure la maîtrise du risque mycotoxines ; une diminution de 0,1 point de l’indice de consommation se traduisant par un bénéfice supplémentaire de 2 €/porc (source Arvalis).

Étape 2 : Récolte et approvisionnement

Au niveau de l’approvisionnement, il faut s‘attacher à remplir le stockage de façon à pouvoir faire face aux besoins des animaux, tout en payant les matières premières au juste prix. Privilégiez les achats de proximité, via le « contrat à 3 », par rapport à un approvisionnement auprès d’un organisme stockeur. Le gain moyen généré par un achat local est estimé à 1,60 €/porc.

Étape 3 : Broyage

La valorisation nutritionnelle repose également sur la maîtrise du broyage. Le maïs grain ensilé doit contenir suffisamment de particules fines : 80 % dont le diamètre est inférieur à 2 mm. À défaut, un broyage grossier dégradera l’indice de consommation. Le « granulo-test » permet de s’assurer de la conformité de la granulométrie, pour un gain estimé à 1 €/porc.

Étape 4 : Conservation et stockage

Tout au long de cette phase, il s’agira de préserver les valeurs nutritionnelles des céréales (bon tassage du silo, utilisation de conservateurs…) mais aussi de limiter les pertes. Savez-vous que, sur 100 tonnes de matière sèche de maïs ensilé, les pertes s’élèvent en moyenne à 8,5 % (source Arvalis) ? Les réduire de moitié, c’est s’assurer en moyenne 0,9 €supplémentaire/porc.

Étape 5 : Fabrication

Il faut bien connaître ses céréales pour bien les valoriser. Une erreur de 2 % sur le taux de protéine dégrade l’indice de consommation de 0,08 point, entraînant une perte de 1,60 €/porc. Pour utiliser vos matières premières à leur juste valeur, vous pouvez compter sur la fiabilité et la précision du « pack analyses ».

Étape 6 : Alimentation

Nous voilà rendus à l’auge, mais le combat pour la rentabilité n’est pas encore terminé ! Le programme alimentaire est à étudier en fonction de la génétique de votre cheptel et de vos objectifs de performances. Là encore, vous pouvez compter sur l’expertise nutritionnelle des équipes porcs du Gouessant et d’Agrifa pour vous accompagner dans la réussite de cette étape clé avec l’offre « Optigain ».

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Le Gouessant, Coopérative par Nature, au service de ses adhérents

Lamballe, le 11 juin 2019 En 2018, le groupe coopératif Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 538 millions € et dégagé un résultat net de 11,3 millions €, avec 4 000 adhérents et 750 salariés. Au 31 décembre 2018, le Groupe affichait un endettement financier net de 1 million d’€ et des capitaux […]

Lire l’article
Article

Le Gouessant accompagne l’essor de la Bio en Bretagne

La dynamique de conversion à l’agriculture biologique se poursuit à rythme soutenu en Bretagne. Le nombre de fermes bio a été multiplié par 3 en 10 ans dans la région et représente aujourd’hui 11,5% des exploitations bretonnes. Le Groupe coopératif Le Gouessant (Lamballe, Côtes d’Armor) accompagne cet essor au travers de sa filiale UFAB, n°1 […]

Lire l’article
Article

Une plateforme bio à Ploëzal

Pour accompagner l’essor du bio en Bretagne, l’UFAB propose à ses apporteurs un nouveau site de collecte dans les Côtes-d’Armor.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :