Les Actualités

Des rencontres pour créer des synergies inter-filiales

Synergie Prod fabrique la plupart des produits commercialisés par Newborn Animal Care. Nous sommes donc en contact tous les jours, par téléphone ou par mail, pour des questions relatives à des commandes (délais, stocks emballages, étiquettes…), à la qualité (liasses documentaires, enregistrement de nos produits pour autorisation de mise sur le marché à l’étranger…).

Newborn Animal Care a bien sûr ses exigences pour satisfaire au mieux ses clients (commandes, livraisons...). Mais Synergie Prod a aussi ses propres contraintes que nous ne connaissions pas, d’où des incompréhensions parfois de part et d’autre. L’opportunité d’une rencontre pour échanger de vive voix et découvrir les métiers de notre prestataire privilégié s’imposait.

Engagements tenus

Après un sympathique café de bienvenue, nous attaquons la visite de l’usine avec Virginie Varachaud, responsable de fabrication. Nous arpentons les unités 1 et 2 : réception des matières premières, organisation du stockage des matières premières et des emballages, fonctionnement détaillé des machines (fabrication de galets, de poudres, de gels, de liquides…), procédés de nettoyage, préparation des commandes… Virginie prend le temps de tout nous expliquer. De retour dans son bureau, elle nous explique comment les équipes sont organisées, et nous confie qu’il n’est pas toujours facile de recruter du personnel qualifié et surtout polyvalent dans une zone géographique au faible taux de chômage. Apparemment, le début d’année a été « chaud » au niveau de la production, en raison du développement de l’activité depuis l’arrivée de Robin Ranjore chef de marché export pour Synergie Prod et Newborn Animal Care. Il a fallu honorer de nouveaux marchés et, grâce à l’implication de toute l’équipe, Synergie Prod a réussi à tenir ses engagements auprès des clients.

Un travail physique et minutieux

Vers midi, je retrouve Delphine Challet, assistante commerciale. Elle m’explique comment sont gérés les commandes et les plannings de fabrication. Pauline quant à elle rejoint Fabienne Trégarot, responsable qualité pour faire un point sur ses différentes missions. Après la pause déjeuner, Muriel Fillaudeau, préparatrice de commandes nous attend de pied ferme pour préparer la commande de notre client lituanien qui doit être expédiée le lendemain. Au programme : étiquetage des étuis, mise en blister des flacons, mise en étuis de seringues, pesée des colis. À première vue, rien de bien compliqué. Mais, une fois en poste, nous nous apercevons que la manipulation des étuis est délicate et qu’un étui plié devient inutilisable. De même, l’emplacement pour coller les étiquettes est réduit. Nous nous appliquons telles des écolières pour les positionner bien droites, car l’image de Newborn est également véhiculée par le soin porté à la préparation des produits. Après un travail en station debout toute la journée, notre mission s’arrête à 15 h 30. Cet épisode de « Vis ma vie » nous a suffi pour comprendre que le travail dans les ateliers de Synergie Prod est physique et minutieux. Mais il n’entame en rien la bonne humeur de l’équipe, complètement rodée à cette mécanique.

Pas de temps mort

Avant de reprendre la route, nous échangeons nos impressions sur cette journée riche d’enseignements. Pour avoir connu l’usine à ses débuts, que de changements ! L’activité a fortement évolué. Il n’y a pas de temps mort et, c’est une vraie gymnastique pour gérer les fabrications sur les différentes machines avec les ressources humaines adéquates.

Nous avons pris également conscience que, pour la bonne marche de l’entreprise, tout doit être planifié au moins deux semaines à l’avance. Difficile donc de tout désorganiser pour passer la commande de l’un de nos clients retardataires au milieu d’un planning de production bien établi. Promis : nous nous en souviendrons lors d’une prochaine demande urgente.

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Le Gouessant inaugure deux nouveaux bâtiments de volaille chair uniques en Bretagne

Jérémy Fillon, éleveur de volaille chair à Lanouée (56), inaugure deux nouveaux bâtiments d’élevage de 1250 m² chacun avec jardin d’hiver. Unique en Bretagne, ce projet porté par Le Gouessant confirme la volonté du Groupe coopératif d’accompagner ses adhérents dans un modèle d’agriculture plurielle et durable.  Installé à Lanouée (56), Jérémy Fillon élève désormais ses […]

Lire l’article
Article

Unité de transformation de légumes, UN PROJET CANON !

Le Gouessant investit pour conquérir des marchés dans le secteur porteur de l’alimentation végétale. L’unité de transformation des légumes est en chantier. Elle se prépare à passer à l’offensive avec des gammes élargies dès l’été prochain. Vue d’ensemble sur le nouveau cœur de l’unité de transformation désormais équipé d’une coupe canon et d’un trieur optique […]

Lire l’article
Article

Mais en fait, d’où vient notre alimentation ?

Producteur de légumes Terres de Breizh, il est un « agriculteur communicant ».

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :