Les Actualités

Des insectes bientôt au menu

Le Gouessant Aquaculture expérimente l'introduction de farines d'insectes dans les aliments pour truites. Les explications de Louis Lesur, ingénieur recherche, développement et formulation sur l’intérêt de cette surprenante matière première.

Dans quel cadre s’inscrivent vos recherches ?

Louis Lesur : « Il y a encore quelques années de cela, les farines de poissons constituaient la source majeure de protéine dans la composition des aliments aquacoles. Cela génère une pression sur les ressources piscicoles mondiales avec le développement de l’aquaculture. Depuis juillet 2017, les farines d’insectes ont été autorisées comme matière première en nutrition aquacole, offrant une nouvelle alternative pour diversifier les sources de protéines dans l’alimentation des poissons. »

De quels insectes s’agit-il ?

« Parmi les espèces d’insectes autorisées, les deux plus importantes sont la mouche soldat noir et le ténébrion meunier qui sont élevés et transformés en farine au stade larvaire. »

Qui les produit ?

« De nombreuses start-up se sont lancées sur ce créneau. Elles ne sont que, depuis quelques mois, en mesure de fournir des quantités significatives d’insectes, susceptibles de permettre de petites productions. »

 

Sur quoi les expérimentations en cours au Gouessant portent-elles ?

« Fin 2018, nous avons engagé deux tests pour nous familiariser avec cette nouvelle matière première. Il s’agit d’envisager de quelle manière les farines d’insectes peuvent s’intégrer dans nos process et être valorisées en formulation, tout en mesurant leurs incidences sur les performances des truites arc-en-ciel. Ces expérimentations associent les services aquaculture, formulation, R&D et qualité le laboratoire Le Gouessant, l’usine Poisson et des piscicultures dans lesquelles les aliments contenant des farines d’insectes sont comparés à un aliment témoin. C’est un vrai travail d’équipe ! »

Quand pensez-vous pouvoir communiquer de premiers résultats ?

« Dans le courant du printemps 2019. »

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Le Gouessant, Coopérative par Nature, au service de ses adhérents

En 2018, le groupe coopératif Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 538 millions € et dégagé un résultat net de 11,3 millions €, avec 4 000 adhérents et 750 salariés

Lire l’article
Article

Le Gouessant accompagne l’essor de la Bio en Bretagne

La dynamique de conversion à l’agriculture biologique se poursuit à rythme soutenu en Bretagne. Le nombre de fermes bio a été multiplié par 3 en 10 ans dans la région et représente aujourd’hui 11,5% des exploitations bretonnes. Le Groupe coopératif Le Gouessant (Lamballe, Côtes d’Armor) accompagne cet essor au travers de sa filiale UFAB, n°1 […]

Lire l’article
Article

Compétences et performance, un engagement de progrès partagé

Le Gouessant renforce son accompagnement auprès des collaborateurs et met en place un dispositif de formation spécifique.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :