Les Actualités

Bilan 2014

Le Gouessant, dans une conjoncture difficile, conforte sa situation financière pour mieux soutenir ses adhérents

En 2014, Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 566 millions d’euros et dégagé un résultat net de 7,54 millions d’Euros avec 4000 adhérents et 720 salariés.

 

L’activité aliments affectée par la crise des productions

Les difficultés de la production porcine, le retrait de la Coopérative du marché du poulet export, la faiblesse du cours des œufs et lapondeuse farine traitée 3 volatilité du prix des matières premières ont affecté directement le chiffre d’affaires en retrait de 70 millions d’Euros comparé à 2013.

Le volume d’aliment atteint 857 000 tonnes, en baisse de 4,8 % par rapport à l’année précédente. Les aliments pondeuses et ruminants restent stables. Tirés par les marchés exports, les aliments aquacoles enregistrent une progression de 15% .

A souligner les bons résultats des activités pommes de terre et productions végétales. Autre raison de satisfaction, le bon développement des filiales, notamment à l’export et en bio avec l’Ufab.

La consolidation financière se poursuit

Malgré un environnement économique difficile, Le Gouessant a dégagé, en 2014, un résultat net de 7,54 millions d’euros obtenu principalement par la bonne activité des filiales et par un contrôle strict des charges.

Ce résultat permet au Gouessant de continuer à renforcer sa structure financière avec une nouvelle baisse de son endettement et une augmentation de ses capitaux propres qui s’établissent à 74 millions d’euros au 31 décembre 2014 soit une progression de 30% en 5 ans.

Au total, une situation financière saine, absolument nécessaire pour soutenir les adhérents dans la période actuelle de crise des productions et poursuivre sa politique de recherche de valeur ajoutée.

Les investissements s’élèvent à 9 millions

Usine Lamballe- vue générale-de la voie ferréeDes investissements affectés principalement aux sites de Lamballe, Noyal et Craon pour faire face à la demande d’aliments sécurisés et répondre aux marchés export, tant en aliments bio que conventionnels. L’achèvement  de la ligne  cuisson et refroidissement à l’usine de transformation des légumes, à Lamballe, a également absorbé une partie de ces investissements.

La défense du revenu des producteurs demeure la priorité de la Coopérative

Le versement des ristournes, qui s’élèvent à 1,5 million d’Euros au titre de l’exercice 2014, illustre cette volonté de la Coopérative de défendre le revenu de ses adhérents. Ainsi, sur les 10 dernières années, la Coopérative aura redistribué plus de 10 millions d’Euros.

En production porcine, particulièrement touchée depuis 2 ans, cette ristourne représente 3€ par tonne d’aliment. Elle  vient s’ajouter à la prime d’un Euro par porc commercialisé via le Marché au Cadran et à l’aide « spéciale crise » sur l’aliment charcutier. Au final, le soutien de la coopérative s’élève à 9€ de la tonne.

La défense du revenu du producteur repose également sur le développement de la marque TERRES de BREIZH. Aujourd’hui, présente dans 5 enseignes, Le Gouessant investit dans sa première campagne publicitaire, cet été, pour renforcer ses positions.

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Conversion : ils transforment leur bâtiment pondeuses standards

Après avoir mûrement réfléchi leur projet de transformation de l’atelier pondeuses cages, Isabelle et Yann Bourgès ont ouvert les portes de leur bâtiment rénové en poules biologiques.

Lire l’article
Article

Terres de Breizh se fait une place dans le bio

TERRES de BREIZH pénètre le marché Bio de la grande distribution et des réseaux spécialisés avec sa barquette de pommes de terre bretonnes Bio.

Lire l’article
Article

Des méthodes d’élevage alternatives pour réduire les antibiotiques

En supprimant le recours systématique aux antibiotiques, les éleveurs contribuent à améliorer la santé de chacun et à préserver les générations futures de l’antibiotique.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :