Les Actualités

C’est Bio la vie !

Pour son plus grand bonheur, Isabelle Bourges est passée de salariée à chef d’exploitation en reconvertissant un élevage de 60 000 poules pondeuses standard en un atelier de 12 000 poules biologiques. Un changement de vie qu’elle savoure au quotidien.

Isabelle menait, avec son mari, un élevage standard. « Nous arrivions en fin de contrat avec la Coopérative. Personnellement, je ne trouvais pas d’intérêt à continuer cette production. Ceci d’autant qu’on ne lui prédit pas un bel avenir et que, suite aux mises aux normes des cages, les résultats technico-économiques s’étaient dégradés » confie l’agricultrice.

Après avoir songé à transformer l’atelier en volière, Isabelle opte pour une reconversion en élevage biologique qui correspond plus à ses aspirations ; son mari se consacrant, sur un autre site d’exploitation, à la production laitière avec ses associés.

Malgré l’encours restant des mises aux normes 2012 et l’investissement nécessaire en bio, Isabelle saute le pas en juin 2017. Durant un an, elle affine son projet avec le concours des services pondeuses et bâtiment Le Gouessant. Elle procède également à un échange de terres avec un voisin pour pouvoir aménager le parcours de ses futures pondeuses bio qu’elle accueille en 2018.

À Kermoroc’h, les poules ne sont plus élevées en cages. Deux mois après leur arrivée dans l’élevage, le temps de s’habituer à leurs pondoirs et mangeoires, elles ont commencé à découvrir leur extérieur : un beau terrain planté d’arbres et bordé de talus. Maintenant, elles utilisent la totalité du parcours de 5 hectares tous les jours.

La vie d’Isabelle et de ses poules est rythmée par les saisons, le lever et le coucher du soleil, les cycles de la lune. Malgré les contraintes du plein-air (météo, prédateurs…), Isabelle voit se dessiner d’autres perspectives que la seule production d’oeufs. L’éleveuse va bientôt retravailler

l’extérieur du bâtiment en créant des abris végétaux pour les volailles car « si le parcours est bien fait, les poules te le rendent bien ». La fille d’Isabelle, Julia, qui suit actuellement des études en herboristerie, s’est proposée pour l’aider et envisage, pourquoi pas d’ici quelques années, de s’installer à ses côtés avec un projet de diversification. C’est-y pas bio la vie ?

Pour l’éleveuse, le changement correspond parfaitement à ses attentes. Tout en ayant conservé la rigueur nécessaire à la conduite des lots standards, elle vit maintenant en harmonie avec ses idées et avec la nature. « Je ressens moins de pression et de contraintes physiques, confie-t-elle. Je prends le temps d’observer mes poules et de vivre à leur rythme. »

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

C’est Bio la vie !

Pour son plus grand bonheur, Isabelle Bourges est passée de salariée à chef d’exploitation sur un élevage de 12 000 poules biologiques.

Lire l’article
Article

Techniques alternatives : elles tiennent le haut de l’affiche

Les adhérents du Gouessant membres du réseau Dephy ne restent pas les bras croisés face à l’agri bashing. Ils reconduisent cette année l’opération « je bine mon maïs. ».

Lire l’article
Article

Juliette Marque, son audace !

Rencontre avec Juliette qui a intégré les équipés de Newborn Animal Care en VIE (Volontariat International en Entreprise) avec pour mission de développer le marché asiatique.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :