Les Actualités

Aquaculture : vers des solutions alternatives

Chez Le Gouessant, le service Aquacole mène, depuis 6 mois, des essais en partenariat avec Les Viviers de Rébénacq. Cette pisciculture pilote, située dans les Pyrénées Atlantiques, offre des conditions idéales d’expérimentation.

À l’aise comme un poisson dans l’eau, Yoann Cachelou a définitivement troqué son costume de banquier contre une salopette de travail et des bottes en plastique. Il a repris Les Viviers de Rébénacq (Pyrénées-Atlantiques.) Le jeune chef d’entreprise entend ainsi perpétuer la tradition familiale piscicole, en association avec son père Frédéric, qui est à la tête d’un élevage de reproduction de truites sur la commune voisine de Sarrance.

De très bonnes conditions expérimentales

Par le passé, Les Viviers de Rébénacq élevaient des truites destinées à être valorisées en portions. Lors de son projet d’installation, Yoann a changé l’activité de la pisciculture. Il y élève des alevins en vue de collecter leur première ponte.

« Des bassins se sont libérés. Nous avons proposé à Yoann de pouvoir y mener des essais de nouveaux aliments et ingrédients nutritionnels pour truites. Les conditions d’expérimentation nous apparaissaient en effet idéales » témoigne Pierre, formulateur au Gouessant et coordinateur de ce programme de recherche et développement.

Avec l’aide de notre équipe commerciale, Yoann et son salarié Claude mettent en place et suivent les essais « avec une rare rigueur. »

Tester des solutions alternatives

Le suivi des températures et les poids moyens des truites sont relevés chaque semaine. La mortalité donne lieu, quant à elle, à des relevés quotidiens. « Ces 6 derniers mois, nous avons réalisé deux essais. Le premier visait à comparer notre aliment témoin de référence à un aliment expérimental contenant moins de farine de poisson avec ajout de phytases*. Nous avons obtenu des performances identiques, tout en réduisant le coût de la formule » commente Pierre.

Le second essai, dont les résultats sont en cours de traitement, porte sur une nouvelle gamme d’aliments pour truites, moins riche en énergie et protéine. « Grâce aux Viviers de Rébénacq, nous disposons d’un outil expérimental de qualité. Il va nous permettre d’améliorer les performances des aliments, de diminuer le coût des formules et de trouver des ingrédients alternatifs à la farine de poisson. » 

* Phytase : enzyme naturelle qui joue un rôle majeur dans le métabolisme du phosphore.

Imprimer

Vous aimerez aussi

Article

Le Gouessant, Coopérative par Nature, au service de ses adhérents

Lamballe, le 11 juin 2019 En 2018, le groupe coopératif Le Gouessant a réalisé un chiffre d’affaires de 538 millions € et dégagé un résultat net de 11,3 millions €, avec 4 000 adhérents et 750 salariés. Au 31 décembre 2018, le Groupe affichait un endettement financier net de 1 million d’€ et des capitaux […]

Lire l’article
Article

Le Gouessant accompagne l’essor de la Bio en Bretagne

La dynamique de conversion à l’agriculture biologique se poursuit à rythme soutenu en Bretagne. Le nombre de fermes bio a été multiplié par 3 en 10 ans dans la région et représente aujourd’hui 11,5% des exploitations bretonnes. Le Groupe coopératif Le Gouessant (Lamballe, Côtes d’Armor) accompagne cet essor au travers de sa filiale UFAB, n°1 […]

Lire l’article
Article

Une plateforme bio à Ploëzal

Pour accompagner l’essor du bio en Bretagne, l’UFAB propose à ses apporteurs un nouveau site de collecte dans les Côtes-d’Armor.

Lire l’article

Partagez ce contenu sur les réseaux sociaux :